Des foyers sans murs pour aider des aînés à rester autonomes

vendredi juin 08 2018

Des foyers de soins au Nouveau-Brunswick veulent s’adapter au vieillissement de la population. Des établissements veulent devenir des « foyers sans murs » pour offrir des services aux aînés de la communauté, qui habitent toujours leur maison.

Un texte de Michel Nogue

Delima Basque s’est retrouvée à contrecoeur dans un foyer de soins de longue durée. La femme de 77 ans a emménagé il y a un an aux Résidences Lucien-Saindon de Lamèque, lorsqu’elle et son époux ont connu des ennuis de santé.

La voix étranglée par l’émotion, Mme Basque explique qu’elle attend avec impatience de pouvoir retourner à son domicile: « Ici on est bien, mais ce n’est pas comme chez nous. »

Du même coup, cette résidente conclut qu’elle pourra difficilement quitter ce foyer tant qu’elle ne recevra pas d’aide à la maison: « Quand on n’est pas beaucoup mobile, vous comprenez que c’est difficile d’être toute seule dans une maison. Mais si j’avais des services, je n’aurais pas besoin d’être ici. »

Délima Basque croit qu'elle pourrait quitter les Résidences Lucien-Saindon s'il y avait davantage de services aux aînés de l'île Lamèque, au N.-B.

Delima Basque, 77 ans, habite un foyer de soins de Lamèque depuis environ un an. Photo : Radio-Canada/Michel Nogue

Le foyer où elle se trouve veut justement s’ouvrir davantage à la communauté.

Les Résidences Lucien-Saindon accueillent 54 résidents de niveau trois qui nécessitent des soins plus poussés. Les dirigeants tentent d’obtenir un nouvel édifice pour remplacer celui construit en 1977. Le projet comprend notamment la construction d’une aile communautaire qui permettrait à ce foyer d’offrir des soins aux aînés. Cet agrandissement ajouterait cinq lits de répit et des bureaux de médecin.

Les résidences Lucien-Saindon ont mené une consultation l’automne dernier. Il en ressort que 26 % des résidents des îles Lamèque et Miscou sont âgés de plus de 65 ans.

Gaetan Haché, directeur général des Résidences Lucien-Saindon de Lamèque, N.-B.

Gaetan Haché veut transformer les Résidences Lucien-Saindon de Lamèque, N.-B. en foyer sans murs. Photo : Radio-Canada/Michel Nogue

Le directeur général des Résidences Lucien-Saindon, Gaetan Haché, explique que les aînés qui veulent recevoir des soins s’inscriraient au foyer, mais ils continueraient d’habiter leur maison. « On aurait un dossier, on s’occuperait de cette personne-là à la maison. C’est la même chose que s’il était admis, mais on s’occuperait de lui, de tous ses soins personnels, ses activités sociales, ses accompagnements pour aller voir le médecin ou ces choses-là. On s’occuperait de A à Z », ajoute M. Haché.

Je pense que pour les prochaines années, il faut absolument qu’on innove. Il faut absolument qu’on commence à donner les services à domicile. Parce qu’on ne pourra pas avoir tous les lits pour admettre toutes les personnes d’un âge avancé qui vont avoir besoin de soins.

Gaetan Haché, directeur général des Résidences Lucien-Saindon
Suzanne Dupuis-Blanchard est la directrice du Centre d'études du vieillissement de l'Université de Moncton.

La professeure Suzanne Dupuis-Blanchard, de l’Université de Moncton, a entrepris un projet de recherche sur les foyers sans murs. Photo : Radio-Canada/Michel Nogue

L’idée d’offrir des services aux aînés à partir des foyers de soins fait l’objet d’une recherche par la professeure Suzanne Dupuis-Blanchard. La directrice du Centre d’études du vieillissement de l’Université de Moncton vient d’ailleurs d’obtenir une bourse de 50 000 $ de la Fondation de l’innovation du Nouveau-Brunswick pour financer ses recherches. Des établissements comme celui de Lamèque participent à ce projet.

Le projet de recherche qu’on appelle foyer de soins sans murs, on l’a comme intitulé comme ça, parce que ce sont les foyers de soins dans les communautés qui ont un intérêt à offrir des services dans leur communauté pour le maintien à domicile des aînés.

Suzanne Dupuis-Blanchard, Directrice du Centre d’études du vieillissement de l’Université de Moncton

Mme Blanchard explique que des foyers sans murs permettraient d’offrir plus de services, sans construire de nouvelles infrastructures. De plus les employés sont déjà intégrés aux communautés qu’ils desservent: « On sait que les aînés qui sont à domicile craignent souvent de voir un étranger dans la maison. Les gens dans les foyers de soins sont souvent des gens de la communauté en plus », conclut cette experte en vieillissement.

Où trouver les employés?

De son côté, le président du Club d’âge d’or de Lamèque appuie de tout coeur l’idée de prêter main-forte aux aînés qui veulent demeurer dans leur maison. Mais Philippe Duguay se demande si les foyers de soins pourront trouver les employés et les fonds nécessaires pour se donner un nouveau rôle. « C’est tout beau là, mais si on n’a pas personne pour le faire, commencer ça, on ne le saura pas. Il faut trouver le monde, puis trouver de l’argent pour commencer ça », note M. Duguay.

Philippe Duguay, président du Club d'âge d'or de Lamèque, N.-B.

Le président du Club d’âge d’or de Lamèque, Philippe Duguay, appuie le projet de foyer sans murs. Photo : Radio-Canada/Michel Nogue

Le directeur général des Résidences Lucien-Saindon reconnaît que le recrutement de préposées aux soins posera un défi. Mais Gaetan Haché précise que le Nouveau-Brunswick doit prendre ce virage: « Il faut qu’on donne les services, un moment donné. Si on ne les donne pas à la maison, il faut qu’on les donne dans les hôpitaux ou dans les foyers de soins. Mais les hôpitaux, puis les foyers de soins vont être engorgés, parce qu’on n’aura pas de place pour eux. »

Delima Basque aimerait pouvoir retourner à la maison pour libérer une chambre au foyer de soins: « C’est pour ça que les hôpitaux sont pleins de personnes comme moi qui attendent pour aller en foyer parce qu’ils n’ont pas assez de services à domicile.  »

Une infirmière prépare des médicaments aux Résidences Lucien-Saindon de Lamèque, au N.-B.

Si le projet de foyer sans murs voit le jour, cette infirmière pourra préparer des médicaments pour des aînés qui n’habitent pas cette résidence. Photo : Radio-Canada/Michel Nogue

Pour l’instant, le projet de foyer sans murs est à l’état embryonnaire. Les Résidences Lucien-Saindon de Lamèque aimeraient inuaugurer sa nouvelle aile communautaire dans environ un an et demi.